LE TÉLÉPHONE PORTABLE

Une nouvelle maladie, un nouveau virus qui précipitera la fin de l'humanité : la Nomophobie :

S'il est une phobie propre à l'époque actuelle, c'est bien la Nomophobie. Elle touche nombre d'ados, mais pas seulement. Découvrons ensemble ce qu'est la Nomophobie, ses symptômes et les solutions possibles pour y mettre un terme.

Nomophobie : qu'est-ce que c'est ?

La Nomophobie (contraction de no mobil phobia) désigne la peur panique de ne plus disposer de son téléphone portable, et par extension, de son outil technologique. Ce trac ou cette anxiété - exagérément considérée comme une phobie - augmente chaque année. Depuis 2008, la Nomophobie a progressé de près de 15 %. Cette dépendance crée de nouveaux besoins d'interactivité, si bien que le sujet entre dans une sorte de cercle vicieux.

Les personnes les plus accros à leur mobile ressentent un véritable manque lorsqu'elles sont privées de leur téléphone portable, de leur PC ou de leur tablette. En d'autres termes, être séparé de son smartphone a - pour les nomophobes - un impact considérable dans les domaines de l'émotion, de la cognition mais également au niveau physiologique.

La Nomophobie, qui est une forme de cyberdépendance, a fait l'objet d'une étude très sérieuse dont le compte-rendu a été publié en janvier 2015. C'est d'ailleurs suite à cette étude que le terme Nomophobie est né. Il en ressort que le nomophobe privé de téléphone mobile ressent un véritable vide, comme s'il avait perdu une partie de lui-même. C'est la raison pour laquelle on parle parfois de « soi connecté » dans la mesure où cet appareil est comme une extension de la personne elle-même.

Bon à savoir : en 2010 déjà, un grand fabricant de téléphones portables avait avancé qu'un utilisateur pouvait consulter son mobile toutes les 6 minutes, soit plus de 150 fois sur une période de 16 heures.

Le spectacle fascinant de tous ces nouveaux malades parcourant les rues chaque jour plus nombreux, dans les salles d'attente, dans les transports en commun,  à l'oreille ou entre le doigts "le vénérable smartphone", les yeux fixés sur l'écran ou gardé dans la main pour ne pas louper un appel, me fait l'effet d'une névrose qui les mènera à la folie. Combien je me suis amusé l'autre jour quand un voleur à la tire a saisi le portable d'une jeune femme qu'elle tenait dans la main alors qu'elle ne s'en servait pas. L'homme satisfait de son coup s'est enfui plus vite que son ombre. J'aurais bien voulu le suivre, non pour le dénoncer, mais pour le féliciter.

Symptômes de la Nomophobie

Pour savoir si vous souffrez de cette nouvelle névrose du siècle, il suffit de vous poser la question suivante : « Suis-je capable de passer 24 heures sans mon téléphone mobile ? ». Si la réponse est négative, vous souffrez sans doute de Nomophobie.

Voici plus en détail les différents symptômes de la Nomophobie :

On constate que cette névrose s'impose partout puisque le nomophobe a recours à son portable au travail, en réunion, en cours, pendant un repas en famille ou entre amis, ou encore chez le médecin par exemple. Aucune situation n'y échappe. Les nomophobes les plus atteints mettent un terme à toute activité extérieure, d'autres peuvent même utiliser leur téléphone mobile dans les moments les plus intimes.

Dans les cas extrêmes, la Nomophobie peut avoir des conséquences néfastes sur les performances mentales d'une personne, et être à l'origine d'une difficulté à anticiper une situation.

Un nomophobe est susceptible de s'enfermer peu à peu dans la solitude et rompt toute communication lorsqu'il est en société du fait qu'il utilise de façon abusive cet outil technologique.

Bon à savoir : si cette addiction au téléphone mobile touche en grande majorité les jeunes de 15 à 19 ans, elle n'épargne aucune génération.

Dans son essai, « La fin des choses » (Actes Sud), le philosophe sud-coréen Byung-Chul Han propose une analyse brillante de nos sociétés numériques. Un auteur de plus à constater cette réalité, et pas n'importe qui  !

Lire aussi sans attendre: " Une société sans contact " le téléphone portable sans lequel il sera impossible d'organiser nos vies, et la page sur le QR code, cet autre langage numérique qui justifiera demain son acquisition obligatoire.

 

 Et tout cela explique également tant d'efforts pour développer partout la 5G*, avant la 6G qui est déjà à l'étude.

* Autre article essentiel à ne pas manquer.

Nomophobie : solutions

Vaincre la Nomophobie passe immanquablement par une désintoxication volontaire. Il est fondamental de :

En parallèle, il est tout aussi important :

L'utilisation du mobile à tous les instants de la vie au niveau mondial va devenir tellement naturelle

que l'objet finira par s'enraciner de lui-même dans l'anatomie biologique de l'être humain

(Selon la théorie de l'évolution des espèces)

 

Déjà, le téléchargement des applications sur smartphone est devenu plus qu'une mode, une priorité sans laquelle on ne saura plus quoi faire, ni trouver d'autres sujets de conversations. Il suffit de citer quelques unes de ces applications pour constater jusqu'à quel niveau de connerie les citoyens vont arriver : il n'y a pas d'autres mots pour le dire. Ce n'est pas seulement la "La Fabrique du Crétin Digital",  c'est la préparation à un abrutissement général de l'humanité ... cliquez sur l'image ci-dessous (Quelques modèles d'applications qui le prouvent), hallucinant :

                                      

Excroissance du portable dans le creux de la main

En conséquence, dans un avenir proche, donc pas si lointain, le bébé naîtra naturellement avec une excroissance dans sa main* qui évoluera dans le temps sous la forme d'un téléphone portable biocybernétique évolutif qui lui permettra grâce à une application spécifique de commander, consommer et acheter tout ce dont il aura besoin au cours de sa vie : d'abord du lait synthétique issu de cyber-vaches, et ensuite une variété infinie de sucettes, de hochets et pouces musicaux électroniques, de robots nourrices de remplacement en cas de panne, de couches culottes connectées, et puis encore plein de jouets (tous connectés) et de poupées gonflables bonnes à tout faire, de jeux vidéo et d'écrans en 4 dimensions à réalités augmentées,  etc...  etc... etc...

ATTENTION : Chaque naissance enregistrée obligatoirement dans l'ordinateur des Bigdatas (Amazon, Facebook, Google, Microsoft, ...) fera automatiquement l'objet d'un abonnement de 20,00 euros par mois. Résilier cet abonnement condamnerait l'enfant à devenir déjà un parasite dangereux pour sa santé mentale (Celle des autres aussi) et puis ensuite,  ne pouvant plus se nourrir, à décéder très rapidement, faute de connexion**.

* Le génie génétique fait déjà des merveilles dans ce domaine. Les avantages sont énormes : plus besoin de poche, téléphone accessible à tout moment avec une rapidité extrême. Ne plus avoir à le garder en permanence dans la main ne sera plus un soucis.

** La disparition de la monnaie aurait exactement le même effet.

Un Ingénieur de l'équipe de chercheur en génie génétique (Au bout de quelques années de travail)

LA DISPARITION DE L'ARGENT LIQUIDE

Nous parlons souvent de la menace que représenterait, la disparition de l’argent liquide. Certains y voient la facilité, d’autres au contraire, pensent que ce serait un pas de plus vers l’esclavagisme des citoyens. Si nous regardons de près, il est de plus en plus probable, que la monnaie fiduciaire disparaisse au profit des paiements sans contact, ou cartes à puces, si nous laissons faire sans rien dire.

 

Imaginons ce que cela pourrait signifier. Il suffirait simplement, d’un simple « bug » pour paralyser toute la population, ou pire une simple injonction, et un citoyen à « problèmes », verrait son compte suspendu et serait de fait, dans l’impossibilité de faire face, aux nombreuses obligations tant fiscales, qu’indispensables dans sa vie de tous les jours. il ne pourrait plus payer son loyer, sa nourriture, son chauffage, son crédit et ce, même si son compte est positif.

 

On vous parle des bénéfices que représenterait la disparition de la monnaie fiduciaire, mais jamais, vous n’entendrez parler des inconvénients. Pour un citoyen privé de compte en banque, c’est la mort sociale, même les SDF sont obligés d’avoir un compte, pour pouvoir bénéficier des prestations sociales comme le RSA, impossible d’encaisser la moindre prestation à un guichet de la CAF, où ailleurs.