Rose-Villequey, Germaine     1

                    Henri d'Hennezel       2

Henri d'Hennezel     3

Comte de Hennezel d'Ormois   

Perry Henzell           5

René d'Hennezel       6

Lichecourt, de Raymond Georges   7

La forêt de Darney (2ème édition)    8

François Théodore Legras  (2ème édition)              9

Jean-François Michel           10 

 

Philippe d'Hennezel     11

 


Rose-Villequey, Germaine

Henri d'Hennezel

 

Dédicace

La Liberté de l'Est (Juillet 2002)

Editions "OL CONTOU" 24260 LE BUGUE

Dominique Gueniot Editeur

   

Dédicacé le 23 juin 2012 par les auteurs

 

Communiqué de presse

Communiqué de presse

Communiqué de presse

(1907-2005)

Pays :  France

Langue(s) :  français
Sexe :  Féminin

Naissance :  1907-03-29, Bar-le-Duc (Meuse)

Mort :  2005-11-21, Toul (Meurthe-et-Moselle)

Professeur agrégée d'histoire dans plusieurs lycées, à Paris et en région. - Directrice du lycée Jeanne-d'Arc, Nancy (1950-1961) puis inspectrice générale de l'Éducation nationale (nommée en 1968). - Membre titulaire de l'Académie Stanislas, Nancy (élue en 1988). - Docteur ès lettres (Paris, 1970).

Source(s) : 
Inauguration de Santifontaine, internat du lycée Jeanne d'Arc, cinquante ans de vie de lycée... 24 octobre 1954. [Signé : G. (Germaine) Rose.] . - Verre et verriers de Lorraine : au début des temps modernes (de la fin du XVe siècle au début du XVIIe siècle)... / par Germaine Rose-Villequey, 1970 (thèse)
Académie Stanislas : Éloge de Madame Germaine Rose-Villequey prononcé par Monsieur Michel Bur le 16 décembre 2005

(2016-10-01) . - Mairie de Toul, état civil : acte de décès N° 238 : [Germaine Villequey, veuve Rose]


 

 

 

Disparition de Perry Henzell

Le monde du 6/12/2006

Il fut le révélateur en images du reggae.

Réalisateur du film choc qui a contribué à faire connaître le reggae au monde, The Harder They Come (1972) Perry Henzell est mort des suites d'un cancer, jeudi 30 novembre, à Saint Elisabeth, en Jamaïque. Il était agée de 70 ans.

Son décès est intervenu la veille de la projection en Jamaïque, au Flashpoint Film Festival, de No Place Like Home, un film tourné dans les années 1970, qu'il n'avait jamais pu finaliser pour des raisons financières. Le film a été présenté pour la première fois en septembre au festival international du film de Toronto.

Lire la suite...

PRÉFACE

Depuis la disparition de mon cousin Jehan de Hennezel d'Ormois en 1956, aucun texte n'a été imprimé prolongeant le travail extraordinaire qu'il a réalisé et surtout mis en exergue tout ce que notre famille avait pu faire depuis son arrivée dans les territoires de l'Est au XIlle siècle.

En publiant ce recueil, je n'ai nullement voulu reprendre les travaux là où ils avaient été laissés, mais au contraire montrer et faire connaître une foule de détails et d'hommes qui ont composé et structuré notre famille. L'histoire d'une famille est inséparable de la contrée qu'elle habite.

En s'implantant dans l'Est pour fabriquer et travailler le verre, au cours des siècles, nous avons été confrontés à tous les grands événements qui ont secoué d'abord l'Autriche, la France, puis l'Europe sans distinction ni réserve.

Que ce soit au moment de l'arrivée de la Réforme, la fameuse R.P.R., les Guerres de Religion dont celle de trente ans, plus tard la Révolution avec la liste des émigrés, les grandes migrations dues aux Guerres Napoléoniennes ; enfin tous les conflits jusqu'à nos jours; rien ne nous a été épargné.

Notre famille a toujours été divisée, partagée en plusieurs tendances et, il a fallu après chaque schisme reprendre le dialogue, faire prévaloir une unité de façon à ce que nous puissions paraître et parler d'une même voix.

Le caractère anecdotique de certains textes ne doit par faire oublier le sentiment d'ensemble qui se dégage de toute cette compilation : une volonté absolue de progresser.

Pour bien comprendre mes motivations pendant plus de trente ans; j'ai du faire des recherches pour trouver, empiler, compiler tous les documents présentés ici et tâcher de montrer un ensemble aussi cohérent que possible.

Une chose est certaine pour les plus illustres d'entre nous, que ce soit avant l'intégration au Royaume de France en 1736, époque où nous étions des Habsbourgs, ou que ce soit après, nous avons toujours servi totalement et dans l'honneur les pays sous la bannière desquels nous étions engagés.

 

- Notre devise" FIDES et CONSTANCIA" s'en est trouvée renforcée -


 

 

Le commander à l'Association Saône Lorraine

 

Quand on parle d’héritage, quelle  définition de ce mot nous vient en premier ? Prendre possession des biens accumulés par un proche, un parent après son décès, ou quelqu’un qui vous désigne comme bénéficiaire par testament. Quand on parle de « l’humain », c’est évoquer une qualité propre à « l’esprit d’humanité » que n’a pas l’animal et qui, contrairement à ce dernier, conscient de lui-même et du monde dans lequel il vit, peut agir et s’organiser étant ainsi acteur de sa propre évolution. Un héritage, quand il est humain, prend alors un autre sens qui se différencie totalement de sa première définition : ce n’est plus vraiment un rapport avec les biens matériels, c’est « voyager dans le temps et l’histoire de la pensée humaine », refaire tout le chemin qu’elle a parcouru pendant des siècles pour aboutir à ce qu’elle est aujourd’hui. Il y a enfin dans le choix de ce titre un autre message, celui de devoir réveiller en nous « la mémoire ». Un peuple, un individu qui perd sa mémoire n’a plus d’identité... ne sommes-nous pas en train de la perdre ? « Ce sont les hommes qui font l’histoire », nous a dit Karl Marx. « Ceux qui vivent , ce sont ceux qui luttent », nous a dit Victor Hugo dans « Les châtiments ».Vérités absolues. Comme le précise l’auteur de cet ouvrage ; « ce livre n’est pas vraiment le mien. C’est aussi celui de tous ceux qui, avant moi, bien meilleurs écrivains, journalistes, philosophes ont écrit de nombreuses pages sur l’histoire de l’humanité » . Tel est donc son objectif : réunir dans cet ouvrage les principaux textes fondateurs de l’« esprit humain », où ont été révélés les plus belles réussites collectives de l’histoire, et exposés les points de vue les plus pertinents sur l’évolution nécessaire de la pensée de l’homme qui « doit continuellement se mesurer à tout ce que la société lui fait subir ». Sans les luttes et les interventions de ceux qui ont agi ou se sont exprimés pour faire entendre leur droit, exiger plus de liberté et d’égalité, il n’y aurait jamais eu de progrès social.

 

C’est comme si l’auteur nous disait « réveillez-vous ! vous perdez la mémoire, la connaissance de votre passé est ce qu’il y a de plus fondamental pour comprendre le monde d’aujourd’hui ! ».
 

Alors ! Merci à l’auteur de nous faire revisiter cette littérature qui nous avait si profondément enrichi et nourri notre esprit d’humanité : « les origines chrétiennes du communisme » par Gérard Walter, « les bases de la philosophie marxiste » et « la dialectique de la nature » de Friedrich Engels, « l’organisation sociale exemplaire des indiens d’Amérique », « la désobéissance civile » d’Henri-David Thoreau, « une action possible sur l’histoire » de Julian Huxley, « naître à son humanité » de l’ethnologue Henri Laborit, et une « lutte continuelle » de l’immense philosophe Krishnamurti. Autant de thèmes qui pourraient susciter de nombreux débats sur l’avenir de l’humanité, mais qui ne semblent pas être prioritaires sur les bancs des écoles ou entre le passage d’un écran à l’autre, de celui d’un smartphone continuellement à la main à une console de jeu vidéo, d’une émission de TF1 à un reality-show, de la transmission d’un match de foot à l’échange de messages insignifiants ou des dernières photos de bébés sur Facebook.

 

Commander ce livre aux

éditions du Net

Ce qui est révélé dans ce livre n’est que celui d’ une prophétie en train de se réaliser,

 

c’est l‘« Histoire de la grenouille chauffée lentement » d’Olivier Clerc.

 

Imaginez une marmite remplie d'eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille :

Le feu est allumé sous la marmite, l'eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue à nager.
– La température continue à grimper. L'eau est maintenant chaude, et c'est un peu plus que n'apprécie la grenouille. Elle se fatigue un peu, mais elle ne s'affole pas pour autant.
– L'eau est cette fois vraiment chaude, et la grenouille commence à trouver cela désagréable. Mais elle s'est affaiblie, alors elle supporte et ne fait rien.
– La température continue à monter, et la grenouille finit tout simplement par cuire. La grenouille est morte.

 

Si la même grenouille avait été plongée directement dans l'eau à 50°, elle aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat qui l'aurait éjectée de la marmite.

 

Cette expérience montre que lorsqu'un changement s'effectue d'une manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart du temps aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte. Si nous regardons ce qui se passe dans notre société depuis quelques décennies, nous subissons une lente dérive à laquelle nous nous habituons :

 

– Des tas de choses qui nous auraient horrifiés il y a 20, 30 ou 40 ans, ont été peu à peu banalisées et nous dérangent mollement à ce jour, ou laissent carrément indifférents la plupart des gens.

– Au nom du progrès et de la science, les pires atteintes aux libertés individuelles, à la dignité, à l'intégrité de la nature, à la beauté et au bonheur de vivre, s'effectuent lentement et inexorablement avec la complicité constante des victimes, ignorantes ou démunies.

– Les noirs tableaux annoncés pour l'avenir, au lieu de susciter des réactions, des luttes et des mesures préventives, ne font que préparer psychologiquement le peuple à accepter des conditions de vie décadentes, voire destructrices.

– Et le gavage permanent d'informations de la part des médias sature les cerveaux, qui n'arrivent plus à faire la part des choses…

 

Lorsque j'ai annoncé ces choses pour la première fois, c'était pour demain. Maintenant, C'EST AUJOURD'HUI !

 

Alors si vous n'êtes pas, comme la grenouille, déjà à moitié cuit, donnez le coup de patte salutaire avant qu'il ne soit trop tard.

 

Au fait, NE SOMMES- NOUS PAS DÉJÀ BIENTÔT CUITS À POINT POUR ÊTRE MANGÉS ET DIGÉRÉS DANS L’ESTOMAC

 

DE CES NOUVEAUX MAÎTRES DU MONDE : "LES  VAMPIRES NUMÉRIQUES"

 

Commander ce livre aux 

éditions du net

Dans cet ouvrage de science-fiction arrive ce qu’ont prévus les collapsologues au début des années 2000 , l’effondrement de notre civilisation. Guerres pour un rien entre les individus auxquelles s’ajoutent les conséquences du dérèglement climatique désastreuses, des centaines de millions de morts sous les tempêtes apocalyptiques des cyclones et des tsunamis, sous la chaleur étouffante des pôles qui ont fondu, ou noyés sous les océans qui ont envahi les rivages, et pour finir, ceux qui n’ont plus rien à boire ni à manger et dont les cadavres s’entassent sur les trottoirs ou flottent au milieu des fleuves qui bientôt ne couleront plus. Et enfin les conséquences de l’industrie numérique tellement envahissante dans les cerveaux humains que l’humanité n’a pu que sombrer dans le plus total et définitif abrutissement, tellement crétinisée qu’elle ne sait même plus ce qui lui arrive.

Comment y échapper. Pour l’auteur, la seule solution est de pouvoir s’évaporer. S’évaporer, c’est voyager légèrement dans tous les possibles, entre les mots d’un vocabulaire inventé dans l’esprit d’une nouvelle mythologie, celle des anges et des dieux de l’informatique telle qu’elle était à ses débuts. Emesdos (MS-DOS), déesse tyrannique des systèmes d’exploitation, fille de Noum Eric (Le dieu suprême de la dématérialisation créateur de la planète Zoc où vivent les zoctêtes), sans oublier Jean-Christophe Azerty, dieu créateur du clavier quantique.

Tour à tour passant du tragique à la comédie, du réel au fantastique, ce récit est celui d’un homme en quête d’une vérité qu’il n’est pas possible de trouver en restant prisonnier d’un système organique. Il faut s’en libérer. Se libérer de toutes le contraintes liées à la trop grande densité des corps, sources des plus grands plaisirs mais aussi des plus grandes souffrances.

Il y a aussi dans ce livre l’espoir de retrouver un frère disparu, tellement vénéré qu’il n’est pas possible qu’il n’existe pas quelque part entre les étoiles d’une galaxie lointaine, caché dans l’ombre que fait une trop belle sirène exposée à la lumière d’un soleil formidable.

 

Commander ce livre aux

éditions du net