Déconnectons-nous

 

Le mouvement de Mai 1968, au 20e siècle, aura été la dernière révolution sociale. Elle émanait du peuple. Y en aura-t’il une autre ? Probablement pas. Une autre révolution est venue la remplacer, celle du « numérique ». Elle n’émane pas du peuple, mais d’une poignée de technocrates qui prétend que c’est de cette révolution que viendra le progrès social.

Et pour ces derniers, ça marche très bien.

Ne plus pouvoir distinguer une révolution sociale d’une révolution technologique était justement et intentionnellement un des objectifs majeurs du capitalisme mondial : mettre au point des stratégies de manipulation et d’endoctrinement des masses, qui ne sont pas sans rappeler les récits prémonitoires des deux plus grandes œuvres de science fiction, « 1984 » de Georges Orwell et « Le meilleur des mondes » d’Aldous Huxley. Le premier mettant en place un système de surveillance globale du comportement des individus soumis à une dictature terrifiante, le deuxième une société hiérarchisée dans laquelle chacun, préparé biologiquement en laboratoire, sera entièrement satisfait de son statut social, devenu incapable de penser et d’agir librement, et surtout dans l’impossibilité de se soucier du sort de tous les peuples du monde.

N’est-ce pas en fait ce que pourrait être le monde de demain ?

Encore une fois après « l’Héritage humain » où l’auteur proposait de larges extraits des textes fondateurs de « La nature humaine », ici il passe en revue les textes les plus éloquents, révélateurs des projets les plus sournois des acteurs dominants de cette prétendue révolution, dont les conséquences seront fatales, parce que nous dépossédant de notre humanité.

 

Fiche auteur Philippe d’Hennezel

 

Réalisateur et écrivain - www.hennezel.net

 

Commander ce livre aux   éditions du net

 

Du même auteur : "L'héritage humain" - "Densité Zéro" aux éditions du net

 

communiqué de presse

 

Ce qui est révélé dans ce livre n’est que celui d’ une prophétie en train de se réaliser,

 

c’est l‘« Histoire de la grenouille chauffée lentement » d’Olivier Clerc.

 

Imaginez une marmite remplie d'eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille :

Le feu est allumé sous la marmite, l'eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue à nager.
– La température continue à grimper. L'eau est maintenant chaude, et c'est un peu plus que n'apprécie la grenouille. Elle se fatigue un peu, mais elle ne s'affole pas pour autant.
– L'eau est cette fois vraiment chaude, et la grenouille commence à trouver cela désagréable. Mais elle s'est affaiblie, alors elle supporte et ne fait rien.
– La température continue à monter, et la grenouille finit tout simplement par cuire. La grenouille est morte.

 

Si la même grenouille avait été plongée directement dans l'eau à 50°, elle aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat qui l'aurait éjectée de la marmite.

 

Cette expérience montre que lorsqu'un changement s'effectue d'une manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart du temps aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte. Si nous regardons ce qui se passe dans notre société depuis quelques décennies, nous subissons une lente dérive à laquelle nous nous habituons :

 

– Des tas de choses qui nous auraient horrifiés il y a 20, 30 ou 40 ans, ont été peu à peu banalisées et nous dérangent mollement à ce jour, ou laissent carrément indifférents la plupart des gens.

– Au nom du progrès et de la science, les pires atteintes aux libertés individuelles, à la dignité, à l'intégrité de la nature, à la beauté et au bonheur de vivre, s'effectuent lentement et inexorablement avec la complicité constante des victimes, ignorantes ou démunies.

– Les noirs tableaux annoncés pour l'avenir, au lieu de susciter des réactions, des luttes et des mesures préventives, ne font que préparer psychologiquement le peuple à accepter des conditions de vie décadentes, voire destructrices.

– Et le gavage permanent d'informations de la part des médias sature les cerveaux, qui n'arrivent plus à faire la part des choses…

 

Lorsque j'ai annoncé ces choses pour la première fois, c'était pour demain. Maintenant, C'EST AUJOURD'HUI !

 

Alors si vous n'êtes pas, comme la grenouille, déjà à moitié cuit, donnez le coup de patte salutaire avant qu'il ne soit trop tard.

 

Au fait, NE SOMMES- NOUS PAS DÉJÀ BIENTÔT CUITS À POINT POUR ÊTRE MANGÉS ET DIGÉRÉS DANS L’ESTOMAC

 

DE CES NOUVEAUX MAÎTRES DU MONDE : "LES  VAMPIRES NUMÉRIQUES"

 

En conséquence, quelle serait la meilleure solution pour déjà se préparer à une nouvelle révolution , non plus celle du numérique, mais à celle  

 

« QUI ÉMANE DU PEUPLE »

 

EN SE DÉCONNECTANT

 

Commander ce livre aux   éditions du net