MON CHAT N’EST PAS UN ROBOT

 

ou

 

l'intelligence artificielle : une menace pour l'humanité

 

par Philippe d'Hennezel

 

Index

 

 

 

1 - DE L’ANIMAL À L’HUMAIN



 

On disait autrefois qu'il y avait un âge où commençait la sagesse.

Ce n'est plus du tout le cas aujourd'hui, sauf peut-être dans certains pays comme en Afrique : le chef du village de brousse que l'on vient encore écouter avec respect.

Le statut de retraité après 65 ans nous met plutôt dans une position sociale inverse.

Marginalisés, parasites en étant devenus inactifs, enviés pour le temps que nous pouvons consacrer aux loisirs,  finissant pour beaucoup dans la solitude loin de l'univers du travail et de la famille, et tragiquement dans ces maisons spécialisées nommées EHPAD, nous n'avons plus rien à dire sinon évoquer nos souvenirs, ceux d'un autre temps que l'on préfère oublier.

 

L'âge de la sagesse arrive aujourd'hui très tôt, dès 10 ans, l'âge qui prématurément donne accès à toutes les connaissances grâce à l'Internet : les enfants savent déjà tout ! Comme si l'expérience de leurs vies serait plus riche que la nôtre.

 

Conflits de générations ? Je n'en suis pas certain. Trop facile. Le monde change en profondeur. En être conscient n'a pas toujours été le cas dans l'histoire, l'esprit trop préoccupé à se protéger de la misère, de la faim, des injustices, à souffrir dans des guerres horribles  ... la priorité étant d'en sortir, de pouvoir profiter de la vie quand c'est possible. Les menaces qui pesaient sur l'humanité étaient pratiquement permanentes.

 

Tout cela est bien fini. Aucune menace à l'horizon ? A part celle du réchauffement climatique ? Si seulement il n'y avait que celle-là. Il y en a bien d'autres qui sont étroitement liées mais que beaucoup ne voient pas venir.

 

 

 

Ne seraient menacées d'extinction que le million d'espèces animales ?

 

 

La nature qui permet à l'humanité de vivre est condamnée à poursuivre son déclin.

 

 

écoutons les voix de ceux qui ont la parole juste et lumineuse.

 

 

 

Je doute de plus en plus de la capacité de l'humanité à chercher sa voie

et la trouver

 

 

 

Ma vénération pour les animaux est considérable

 

Particulièrement les loups !


 

Il y a une espèce animale très protégée dans ma maison. C'est un chat : il s'appelle Poussy.

 

C’est lui le maître absolu. C’est désormais la seule créature à laquelle j’obéis, aveuglément.

Il change souvent de place, sur le tapis, le canapé ou le fauteuil du salon, et sur notre lit. C’est à cet endroit que je reste le plus longtemps avec lui. Je me couche à ses côtés, mon nez contre son museau, et je le regarde. Il fait sa toilette, un petit coup de lèche sur le ventre, sur une patte avant et puis arrière, entre ses griffes, sur la queue et puis régulièrement une séance de grattage à la base de son menton.

 

C’est un spectacle dont je ne me lasse jamais.

 

Et puis il dort.

 

Un chat qui dort n'est-il pas l'image d'un bonheur parfait ?

C’est l’abandon absolu de l’être qui va chercher dans l’invisible le ressourcement de son énergie.

 

Il avait un copain qui s'appelait Spyke, avec lequel il s'entendait très bien. Décédé le 31 juillet 2019, ce chat avait bien vécu, mené une belle vie de chat dans un foyer où il était également le maitre absolu. Je ne l'ai pas encore dit à Poussy. Je vais attendre un peu.

 

A quoi rêve-t’il ? Le bruit des croquettes qui tombent dans son écuelle ? Une petite souris inconsciente du danger qui passe sur son territoire ? Un chat immigré, étranger, qui oserait prendre sa place ? A son esclave que je suis et qui aurait oublié de venir caresser ses joues ?

 

Et puis il se réveille. Il me regarde, nos regards se croisent et comme à chaque fois pousse un petit miaou qui voudrait me dire : "Tiens ! Bonjour, tu es là toi ? Moi aussi, je suis bien là et c'est super la vie, non ?".

Quelquefois ses miaous sonnent comme des cris existentiels, angoissés. C’est sans doute à cause de ce grand couloir qui sépare le salon de notre chambre, où il se sent perdu, maintenant trop vieux pour retrouver ses repères, un peu comme moi qui ne sait plus où aller quand je ne me sens pas bien.

Et puis le bruit qu'il fait quand il mange ses croquettes : croc croc croc ... c'est de la musique. Les chats sont musiciens. Cela me rappelle un livre "Chat Plume" où 60 écrivains

parlent de leur chat. L'un d'entre eux compare son chat à un violoncelle : c'est quand il lève sa patte de derrière bien haut au-dessus de sa tête pour se lécher le ventre. Quelle imagination poétique et amusante !

Il y a quelque chose qui ressemble à l’humain dans un chat. Lorsqu’il est dans cet état certain de stress, je le prends dans mes bras, il appuie sa petite tête, le regard légèrement inquiet contre mon épaule, et il se calme, rassuré, confiant parce qu’il sait que je ne lui ferai aucun mal.
 

Il y a de la pensée dans la tête d'un chat. Il y a de l’amour. Un monde sans amour ne pourrait pas exister.
 

N’est-ce pas plus beau qu’un robot ?

 

Qu’est ce qui nous différencie des animaux ?
 

Eux, ils pensent mais ils ne savent pas qu'ils pensent.

 

Ont-ils la conscience de vivre ? Je le crois, personnellement. Ils éprouvent du plaisir, et de la souffrance qui atteignent nos cœurs. Ils ont d’autres sens plus développés que nous comme l'odorat et la vision nocturne, les fonctions essentielles de leurs vibrisses, le sens du danger de mort quand surgit devant eux la menace d’un prédateur. Le sens de la conservation de l’espèce en nourrissant leurs petits et en les protégeant du danger. Ce sont nos cousins. Ils sont exactement comme nous, un cerveau, des yeux, des oreilles, un nez, une bouche, des membres pour se déplacer, un foie, des reins, un cœur, un système nerveux, ce qu'il faut pour se reproduire. Quand je me réveille le matin, il s'agite et me regarde avec un tout petit miaulement, attend que je me lève et me suit jusqu'à son écuelle. Pas forcément pour manger, ni pour boire. Pour être à mes côtés. Sentir la présence d'une autre créature, vivante, réelle, en chair, pas artificielle ni en circuits imprimés.

 

 

Les animaux ont une âme : de Jean Prieur

A lire également l'article de Libération du 23 août 2019 sur le spécisme

Il y aura toujours cette part d'animalité dans l'être humain. Elle est totalement naturelle. Ce que nous avons en plus est la possibilité de nous remettre en question indéfiniment, par la voix de notre conscience, en nous interdisant d'être encore le prédateur de nos semblables.

 

2 - LA PENSÉE, ce qui la nourrit.

 


 

Nous, nous savons que nous pensons, nous pensons que nous pensons et nous sommes conscients de notre existence dans ce monde. Notre évolution depuis des millions d’années nous a permis de passer de l’état d’animal à celui d’êtres humains.

 

L’expérience de chaque humain, unique, constitue une richesse et une somme de connaissances infinie, inégalée.


 

Qu’y a-t’il de plus passionnant que les récits innombrables de ces femmes et hommes illustres, qu’ils soient auteurs de littérature, de poésie, de chants et de films, Zola, Hugo, Stendhal, Marx, Brel, Brassens, Fellini, Kurosawa, Carné, Truffaut, Marguerite Duras, Fritz Lang, Simone de Beauvoir, Eisenstein … ? Nous faisant ainsi découvrir une multitude de vies particulières, exemplaires, ou simplement banales, nous révélant ce que nous ignorons du reste du monde, diversité des paysages et des cultures, diversité de femmes et d'hommes qui ont laissé des traces impérissables dans l'histoire de l'humanité ... Cette femme dont le mari n’est pas revenu de la guerre, cet homme envoyé au bagne pour avoir volé un morceau de pain, ce prêtre tourmenté par le désir de la chair, cet autre issu du peuple condamné pour avoir voulu grimper trop haut dans l’échelle sociale, populations du tiers monde torturées ou assassinées au cours de ces odieuses conquêtes coloniales ... Perdre son âme en signant un pacte avec le diable ou plus simplement en volant une bicyclette, la mort comme ultime solution aux amours contrariés ...  Mais aussi, des rencontres formidables, cette grosse femme généreuse qui vient remettre de la bonne humeur et de la joie de vivre dans une famille fracturée, ce vieil homme qui veut retrouver son chien perdu dans une ville lointaine, ces hommes et toutes ces femmes qui ont réussi à faire régner la justice, combien d'actions de solidarité pour lutter contre la faim, la misère,  cet enfant adopté qui fait le bonheur d'un couple, ce criminel tyrannique et cruel qui a été démasqué et enfin condamné …

 

... une énumération que la vie d’un seul homme ne suffirait pas à répertorier. Mais le cinéma, les livres, et tous les autres arts, tiennent ce rôle, enrichir nos connaissances et surtout nous permet de ne pas oublier tout ce qui s'est passé avant nous,  sans quoi nous aurions du mal à comprendre le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui. 

 

 

 

 

Enrichissons-nous et nourrissons-nous de ces histoires extraordinaires, des pensées qu’elles font naître, et des philosophies qu’elles ont pu susciter, plutôt que de rester collé inlassablement devant un écran, petit quand il s'incruste dans le creux de la main pour faire corps avec elle comme une excroissance pour ne jamais rater un appel, les multiples et délirantes applications qui envahissent quotidiennement nos neurones, ou dans chacune des pièces d'une maison, télévision crétinisante dans la chambre du petit ou de l'adolescent oisif, au dessus du frigo de la cuisine, consoles de jeux pour ne chercher qu'à gagner pendant des heures et des heures, et plus encore : ne voir que des films de science fiction qui font croire qu’un jour les robots auront des états d’âme comme les nôtres : ces films nous les ont fait prendre pour une réalité,  il n’y a aucune preuve que cela sera possible. N’est-ce pas en fait de la part du pouvoir et des autorités une stratégie de manipulation* pour nous divertir et surtout entretenir l'illusion d'un monde meilleur, parfait, auquel nous serons forcés de nous conformer, où l'égalité, la fraternité, la compassion, la justice, l'amour, le partage des richesses, ne seraient plus que des vues de l'esprit archaïques, donc dépassées et désormais sans objet. Plus besoin de LUTTES ET DE révolutions pour tout ça ? OUI, C’est exactement ce que veulent Les maitres du monde ? ILS ont enfin réussi à rendre nos cerveaux disponibles et dépendants de la seule chose : MOI d'abord,  MON développement personnel, MON savon qui me fait sentir bon, MON tatouage sur mes fesses, MON ordinateur sans lequel je n'existe plus, TOUT ce que je dois consommer et acheter, MON portable, MES applications, MON fric, MA banque, MA voiture, MON robot-chat, MA brosse à dents, MA semelle et MA casquette connectées, MA trottinette ? ...  

N'est-ce pas ce que veut cette illusoire société de consommation dans laquelle nous n'aurons plus d'autres choix que de nous y soumettre ? Pour quel bonheur de vivre ?

* La fabrication du consentement, Les médias et les illusions nécessaires de Noam Chomsky, un intellectuel dissident, contre les élites et la pensée dominante.

EXCROISSANCE EN TRAIN

DE SE DEVELOPPER

En évoquant tout cela je me dis que l'on est en train de nous abrutir, au bord de la folie, ce qui déjà nous perdra avant d'être définitivement dominés par les robots.


 

             

                             Markus Gabriel

Nous sommes en train de devenir les victimes de la numérisation.

 

Et qu’allons  nous faire, puisque ceux qui ont tous les pouvoirs auront enfin trouvé le moyen de se passer de nous ?

 

La pensée, selon le philosophe Markus Gabriel, est notre sixième sens, il n’est pas la résultante d’un calcul algorithmique. Ce n’est pas un programme. La conscience se définit comme la « relation intériorisée immédiate ou médiate qu'un être est capable d’établir avec le monde où il vit ou avec lui-même ». En ce sens, elle est fréquemment reliée, entre autres, aux notions de connaissance, d'émotion, d'existence, d'intuition, de pensée, de psychisme, de phénomène, de subjectivité, de sensation, et de réflexivité.

 

Comme le dit Markus, l'intelligence émotionnelle est la composante essentielle de l'intelligence humaine.

 


 

Pourquoi voudrait-on que l’intelligence artificielle se développe partout ? Pour quels intérêts ? Oui, il s’agit bien d’intérêts, mais surtout pour les plus riches du monde, qui voient déjà dans cette formidable innovation technologique la possibilité de devenir encore plus riches jusqu'à l'indécence, comme Jeff Bezos, la patron d’Amazone, qui a fait mettre au point un logiciel qui contrôle et licencie ses employés quand ceux-ci ne sont pas assez rentables :  sans intervention humaine, sans états d’âmes, comme ces informaticiens complices au service de l’armée qui sont payés largement pour concevoir des armes automatiques qui tirent sur tout ce qui bouge, et tuent sans savoir qui elles tuent. Quelle importance ? Il n’y a plus d’états d’âme à mettre en œuvre ces technologies de la mort, comme toutes les polices du monde, à museler voire éliminer ceux qui dérangent, troublent l’ordre public, organisent des manifestations, contestent, défilent en gueulant des slogans, marchent pour la paix et le réchauffement climatique, dénoncent la disparition catastrophique des espèces animales*, proclament l'agriculture intensive comme principale responsable d'émissions de gaz à effet de serre, font le procès des lobbies et les pollueurs, des fortunes scandaleuses, de la politique des banques, et de l’intouchabilité des paradis fiscaux …

*J'ai d'un seul coup une pensée émue pour Paul Watson.

 

Avec l’intelligence artificielle gouvernant le monde, il n’y aura plus jamais d’états d’âme, la priorité étant de mettre au rebut les anarchistes, les parasites, les inutiles, les chômeurs, les pauvres …  et les emmerdeurs comme moi.

 

En fait, ont-ils vraiment une âme ceux qui ont tous les pouvoirs et décident de tout ?

 

Le développement de l’intelligence artificielle ne pourra que nous enfoncer toujours plus dans le superficiel, l’égocentrisme, l'asservissement total au "Star System", la décomposition et l’anéantissement total de la pensée qui achèvera de nous vider de tout, telle la mémoire de nos conquêtes sociales qui ont fait honneur à celles et ceux qui en ont été les initiateurs, pour beaucoup au sacrifice de leur vie.

 

Elle annonce la fin de l’humanité.
 

Pourquoi voudrait-on tellement que l'intelligence artificielle soit capable de conscience et de sentiments ?

 

L’humain n'est il pas le meilleur dans ce domaine  ?

 

Il y en a tellement qui l'ont cherché, qui ne l'ont pas trouvé, mais qui savent quand même que c'est lui, l'amour, qui doit être la motivation première de nos actions, pas vous ?

 

T

 

Le mythe de Prométhée et Epiméthée

Le mythe de Prométhée

Récit métaphorique de notre modernité technicienne

... La symbolique du mythe de Prométhée nous invite à repenser les excès de la technique, au pouvoir quasi divin dans nos sociétés modernes, afin de réinterpréter notre point de vue sur le monde : lorsque les savoir-faire techniques se développent plus rapidement que notre compréhension de la nature, lorsque la science ne s’étaye plus sur des valeurs éthiques, et lorsque la technique s’autonomise radicalement de la conscience politique, alors l’intelligence s’aveugle  ...


3 – PHILOSOPHIE, la théorie de la contradiction


 

 

Socrate, père de la philosophie


 

Il y a de grosses lacunes dans l’éducation des enfants autant à l’école que chez leurs parents. Des lacunes formidables dans l’enseignement de la philosophie, particulièrement celles qui se penchent sur l’origine de l’humanité , le sens de son histoire et de son évolution.
 

Qui a entendu parler de la part d’un enseignant de la théorie des contraires et des contradictions ?

C’est pourtant ce qui est fondamental pour comprendre les mécanismes du monde et de l’univers. Sans les contraires, le froid et le chaud, le bien et le mal, le plaisir et la souffrance, l’infiniment petit et l’infiniment grand, la vie et la mort, la construction et la destruction, l'amour et la haine, la naissance d’une étoile dans le ciel et son explosion en fabuleuses nébuleuses … le monde n’existerait pas.
 

Sans les contradictions, le pouvoir des uns contre la soumission des autres, la force des uns contre la faiblesse des autres, la féminité et la masculinité, le bonheur et le malheur, la richesse et la misère, la compassion et le mépris, les rires et les larmes … le monde n’existerait pas.
 

 

Cette théorie a été développée pour la première fois par Karl Marx, reprise ensuite par Lénine, Staline et Mao Zedong. Je ne ferai pas de commentaire sur la citation de ces illustres personnages qui, même si jugés par certains comme diaboliques, ont été certainement plus intelligents que ceux qui les ont jugés.

 

 

Elle intéresse autant les scientifiques qui voient dans ce principe la source d’énergie nécessaire sans laquelle les atomes composant la matière ne produiraient rien, donc, pas de gaz, pas de liquide, pas de solides, pas de planètes ni étoiles, pas d’univers, et finalement pas d’organisme vivant.


 

A ce stade de la réflexion et compte tenu du nombre infini des contradictions, il en est celles qui sont principales et d’autres secondaires. Lorsque l’une d’entre elles est considérée principale parce qu'elle met en cause le bien être de l’humanité, il est tout à fait naturel de trouver le moyen d’y remédier.

 

Et une fois la solution trouvée elle disparaîtra, mais systématiquement en fera naître une autre, à l’origine secondaire et devenant à son tour principale. Et ceci indéfiniment …

 

 

Le meilleur exemple selon cette théorie, propre à la philosophie marxiste, dont le fondement est de mettre fin à l’exploitation capitaliste, a été de déclarer comme contradiction principale nuisible à l’humanité, « la richesse et la misère ». Dès que cette dernière aura été réglée, elle n’existera plus et sera remplacée par une autre, comme par exemple « l’ancien et le nouveau ».

 

 

On dirait bien que cette contradiction principale, richesse et misère, n’est vraiment pas prête d’être résolue.
Inutile de vous dire qu’un enseignant se permettant de tenir un tel discours devant ses élèves serait rayé de l’Éducation Nationale.
Inutile de vous dire qu’un enseignant se permettant de tenir un tel discours ferait intervenir l’indignation des parents, ne pouvant plus supporter que perdure encore de nos jours la propagande communiste.
Inutile de vous dire qu’un enseignant se permettant de tenir un tel discours serait rayé de l’Éducation Nationale à l’initiative de l’État lui-même, n’y voyant qu’une menace contre son autorité et contre le capitalisme qu’il favorise, et les privilèges qui vont avec.

Inutile de vous dire qu’une telle théorie subversive, véritablement humaine ne sera jamais programmée dans le circuit d'une intelligence artificielle.

Inutile de vous dire qu’une telle théorie subversive, véritablement humaine, ferait horreur à Jeff Bezos, Mark Elliot Zuckerberg, et tous les autres, Warren Buffet*, Macron, Trump … les multinationales les plus polluantes et criminelles, Monsanto, Bayer, et les compagnies pétrolières.

 

* Warren Buffett a déclaré sur la chaîne de télévision CNN : « Il y a une guerre des classes, où ma classe gagne de plus en plus, alors qu'elle ne le devrait pas » (It's a class warfare, my class is winning, but they shouldn't be). En effet, Warren Buffet affirme  à l'occasion que les riches ne se sont jamais aussi bien portés (« We never had it so good ») et qu'il serait ainsi judicieux d'élever les taxes les concernant. Il déclarait aussi: "il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches, qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner

 


 

 

4 – LE BON SENS



 

Ce que je viens d’exposer est le résultat de mes convictions. Ce ne sont pas que les miennes.

Elles se sont nourries de mes lectures, et de tous ces films d’auteur, ceux qui font réfléchir (et pas seulement divertir) ; la liste serait longue à les nommer : Emile Zola, Marcel Carné, Guy de Maupassant, Aki Kaurismaki, Balzac, Kurosawa, Victor Hugo, Fred Vargas, Vittorio de Sica, Naomi Klein, Wim Wenders, Michel Onfray, Gus van Sant, Franck Capra, Boris Cyrulnik …

 

Qu’ont-ils de si importants ces gens-là ? Ils ont raconté la vie, dans tous ses aspects, pour élever le niveau de notre conscience, que permet la découverte de multiples existences,  celles qui ont permis des victoires formidables sur le mal, celles qui ont réussi à faire triompher la paix et l'amour, celles qui ont pu nous aider à accepter toutes les différences, les richesses d'une culture, la force et la faiblesse des traditions, mais aussi celles détruites par la haine et le mépris, la guerre, la famine, celles qui se sont sacrifiées pour sauver un peuple de la pauvreté, de l'oppression , celles victimes d’un pouvoir absolu et criminel, victimes d’une misère effroyable entretenue par les lois du marché, cette éternelle question propre à l’humanité :

 

« Être humain ou ne pas l’être, comment devenir humain si je ne le suis pas, comment lutter contre toutes les intolérances, comment gérer mes relations avec les autres, comment passer du mépris à l’amour, comment est-il possible, inversement, de passer de l'amour au mépris, de la tristesse à la joie, comment intervenir dans les conflits et ne pas céder à la haine, l’indifférence et la violence, comment trouver beau ce qui parait laid, comment la laideur peut cacher les sentiments les plus profonds, comment interpréter les messages du passé …».

 

Autant de questions évoquées dans l'art depuis la nuit des temps

 

Autant de questions essentielles posées par les grandes œuvres du cinéma et de la littérature

 

Notre avenir est assuré tant que nous serons capables de chercher et trouver les bonnes réponses

 

L'art d'un peuple est le reflet de sa pensée

 


 

Quel est celui qui ne s’est jamais posé ces questions essentielles, dont tous les arts se sont emparés pour les sublimer, au moyen de la magie des mots des sons et des images, ces scènes de chasse dans les fresques préhistoriques qui attestent d’une réelle vénération pour les animaux, ces chants et ces danses laissés par toutes les civilisations, évoquant pour chacune selon leur culture, leur tradition, la joie, la tristesse, la fête, l’amour, la haine des tyrans, la vénération pour ces héros de la résistance, les souvenirs de ceux qui ont connu les grandes guerres, ces peintures du Moyen âge révélant l’autorité de la religion et ses intolérances, celles d'aujourd'hui évoquant la douceur des amours, la violence des combats, les distractions simples du peuple, ces films qui font revivre le passé, et font voyager ailleurs, comme une fenêtre qui s’ouvre vers d’autres mondes lointains et puis dans l’intérieur des consciences ...

Le simple « bon  sens » suffirait-il aujourd’hui à éveiller ou réveiller chez ceux qui restent dans l’ignorance les mécanismes politiques qui oppriment, massacrent et assassinent ?

 

Les révolutions du passé ont souvent pour origine la misère du peuple, pas son niveau d'instruction.

 

 

Dans cette expression il y a deux mots ; « Bon » et « sens »

Revoyons les définitions :

« Bon »,estimable, excellent, charitable, juste, indulgent, sage, dévoué, honnête, humain, vertueux, noble, généreux,

miséricordieux, moral, consciencieux, exemplaire, magnanime.

« Sens »

Il y a d’abord les 5 : l’ouïe, le goût, le toucher, l’odorat, la vue. Mais il y en a un sixième qu’il ne faut pas oublier « la pensée », évoquée et étudiée par le philosophe Markus Gabriel.

 

Il ya ensuite le sens, la direction, là où un veut aller …
 

Alors est-il forcément nécessaire de savoir et d’accumuler ce qui a été dit depuis longtemps au travers de l’histoire pour aller dans le « bon sens » ? Comment ne pas partager cette idée, sans laquelle il ne saurait y avoir d’évolution de la conscience et de la pensée ?

 

 

Cependant ne se contenter que du bon sens n'est pas suffisant. Notre monde est de plus en plus complexe, le comprendre dans sa totalité nécessite d'aller chercher les éléments de réflexion qui le permettent, le plus souvent possible, ailleurs que dans les médias officiels qui ne sont que mensonges et manipulations. Il y a donc nécessité de lire, d'écouter et de s'informer continuellement, et de s’enrichir de la mémoire du monde que nous ont légués les tableaux des plus grands peintres, les statues des  plus grands sculpteurs, les musiques des plus grands compositeurs,  de revoir les films des plus grands réalisateurs, de lire et relire les ouvrages les plus remarquables de la littérature, tant d'œuvres anciennes et récentes qui viennent témoigner de toutes les activités humaines et viennent confirmer que nos convictions, comme celles que je viens d’exposer, sont effectivement partagées, et finalement nous donnent le droit de les défendre avec force et acharnement.

 

Lire et relire Victor Hugo, les œuvres majeures du romantisme, "Notre Dame de Paris", Stendhal "Le rouge et le noir", Alfred de Musset, Gérard de Nerval (Auteur de la plus belle traduction de Faust), et au 20ème siècle,  Berthold Brecht, écrivain célèbre pour ses pièces de théâtre révolutionnaires, Jean-Paul Sartre* l'un des philosophes français les plus importants du 20ème siècle, et Rainer Werner Fassbinder, le réalisateur le plus engagé contre la tyrannie capitaliste. Goethe, avec son chef d'œuvre absolu, Faust, qui, afin de pouvoir réaliser tous ses désirs vend son âme au diable. Charles Ferdinand Ramuz, auteur d'une pièce de théâtre d'inspiration faustienne, "l'Histoire du soldat" où un pauvre soldat vend son âme au diable contre un livre qui permet de prédire l'avenir .... Les quelques essais littéraires à la fois philosophiques, scientifiques et poétiques que nous a laissés l'astrophysicien Hubert Reeves sur les aventures fantastiques du cosmos, et les déboires de l'humanité. Naomi Klein, l'une des journalistes actuelles les plus engagées contre le terrorisme de la finance internationale et des états totalitaires, qui explique dans "La stratégie du choc" comment ces derniers utilisent la peur comme instrument de domination et de soumission des populations qui les met à genoux : les exemples sont nombreux ; les milliers de communards massacrés, fusillés en 1871, la guerre de 14/18, où l' intention première maintenant révélée par les historiens, était de mettre fin une fois pour toutes à l'esprit révolutionnaire du prolétariat auquel il fallait donner une dernière leçon, l'écrasement de la Commune de Paris en 1871 n'ayant pas suffi. L'assassinat de Salvadore Allende sous le commandement de Pinochet au Chili en 1973 suivi de centaines de milliers de ses partisans massacrés, torturés et la guerre en Irak menée par George  W. Bush justifiée par un mensonge énorme que tout le monde a cru, la soi-disant possession de ce pays d'armes de destructions massives.

 

Voilà bien de quoi nourrir notre pensée, et ainsi de quoi se donner des armes contre le retour inquiétant des mouvements néonazis , qui seraient les premiers à utiliser les robots pour nous exterminer.

 

 

"Quand les riches se font la guerre, ce sont les pauvres qui meurent"

 

*Citation de Jean Paul Sartre

 

 

On a dit (Karl Marx) que ce sont les hommes qui font l'histoire.

 

Mais ceux-là font partie de la seule espèce animale capable de se détruire elle-même.

 

Curieux paradoxe, n'est-ce pas ?

 


 

5 – être ou ne pas être



 

Il n’y a rien de plus émouvant à voir un enfant qui sort du ventre de sa mère. Il n’y a rien de plus inquiétant que son cri. Cri de joie quand il est le fruit d’un amour, cri de désespoir quand il est le fruit d’un viol, de la violence, cri d’horreur quand  l’odeur de la pauvreté parvient à ses narines, les odeurs nauséabondes du carton humide et de la tôle ondulée, quelque part dans le bidonville d’une banlieue africaine. Cri de désolation sur le principe de la naissance hasardeuse, la naissance au monde qui n'est pas demandée, acte inconscient qui est parfois cause de nombreuses tragédies.

 

Je me souviens d’un livre que j’ai lu il y a une vingtaine d’années dont le titre était « Dérives Virtuelles » d’un certain P. d’Hennezel, inconnu. Inspiré du culte d’Apollon, figure importante de la mythologie grecque qui a certainement inspiré à son tour le culte de la religion chrétienne, il en a repris le principe suivant ;


 

Quelque part perdu dans le cosmos existe un réservoir d’âmes, elles forment un tout comparable à un océan. Prisonnières de cet endroit hermétique, elles sont parfois fortement secouées par un ouragan fabuleux qui ouvre des brèches par lesquelles certaines s'échappent comme des gouttes dans le reste de l'univers infini. Elles découvrent alors la matière, les galaxies, les étoiles et les planètes, enfin la vie organique. Traversant l'espace, approchant de ces corps célestes , elles entendent le bruit que font les créatures qui y vivent.

Faire l’expérience de la vie matérielle, devient alors une possibilité. Cela vaut-il vraiment le coup ? Pure et naïve, l'âme ne sait pas ce qui l'attend. Elle n'est pas encore vulnérable. Seulement voilà, elle n’a pas la possibilité de choisir : elle peut s'incarner dans un fœtus qui ne lui convient pas, dont les parents font, par exemple partie des espèces suivantes, limaces, crocodiles, idiots, microbes,  colons ou esclavagistes : alors que se passe-t’il au moment de son incarnation ? Tant qu’ elle s'introduit dans un organisme héritant de prédispositions à un équilibre naturel comme une fleur qui accueille l'abeille, comme un oiseau qui nourrit ses poussins, à la sagesse, la compassion, et l'ouverture d'esprit  d'êtres humains sensibles, tout ira bien. Mais dès qu'elle se rendra compte que sa cible sera celle d'un fils de monstre, de tyran, de raciste, de crétin, d’un financier véreux et le pire d’un militaire de carrière, se déclenche alors une réaction moléculaire explosive. Déjà consciente d'un héritage possible des tares d'un tel père, l'âme toujours pure et innocente qui prend conscience qu’elle devra séjourner toute une vie dans un tel individu sinistre, ne pourra jamais s'épanouir : horrifiée, juste avant d'éclater en morceaux, elle reprendra ses ailes d'ange, se souviendra du temps où elle n’était qu’une âme et ne demandera qu'à retourner dans l’invisible, cet océan de paix.

 

 

C’est en grande partie le sens de ce livre qui prend en considération le sentiment de ceux qui n'ont pas demandé à vivre, et choisissent en toute conscience de mettre fin à leur vie.

C'est pourquoi ce livre est un hommage à mon frère disparu, Christian, suicidé à l'âge de 52 ans. Sans doute l'homme que j'ai aimé le plus dans ma vie. Un modèle, fasciné par l'immensité de sa culture. Un guide qui m'a appris à me défier des préjugés de l'époque, de mes parents, pénétrés de cette morale judéo-chrétienne qui ne remettait pas en cause le racisme, les méfaits du colonialisme, le germe des révolutions et des grandes guerres, la condition des femmes. Il a été de ceux qui fournissent des armes pour se libérer, ouvrir son esprit et enrichir sa pensée en les écoutant, et dans la lecture de certains livres comme ceux de Balzac, Victor Hugo, Shakespeare, Roger Martin du Gard , Karl Marx ... Je lui ai obéi. Je les ai lus. Merci mon frère inégalable, quelle chance j'ai eue en étant ton petit frère !

 

Une partie de son âme s'est envolée trop tôt, l'autre partie est restée en moi. C'est cela être humain.

 

 

Comment une âme encore non polluée par l’esprit de cruauté et de haine pourrait-elle fleurir dans un corps enveloppé à la taille d’une ceinture de cartouches ?

 

A l’opposé de ceux qui commandent, qui ont tous les pouvoirs comme celui d’envoyer les peuples s’entretuer dans des guerres , il y a ceux qui veulent la paix, la liberté, et se sacrifient pour les faire triompher.

 

A l’opposé de ceux qui touchent un salaire pour tuer il y a ceux qui meurent, gratuitement, pour faire valoir l’esprit de liberté, de solidarité et de fraternité.

 

L’âme, trop grande, ne peut se loger dans le corps de ceux qui répandent la mort, trop étroit, ou chez ceux qui obéissent aveuglément à l’ordre d’anéantir un ennemi sans même savoir pourquoi, sans même chercher à le savoir. Qu'est-ce que la pensée d'un militaire : « On m’a dit qu‘il fallait tuer celui-là, en face de moi ? Je le tue, je dois obéir , tel est mon devoir »
 

Oui, dans le vivant il y a bien ces créatures qui ne peuvent avoir « d’état d’âme » elles servent de modèles à un état totalitaire en y voyant l’avantage de l’intelligence artificielle : en étant que le produit le plus docile au service des puissants, programmée pour se débarrasser définitivement du sentiment de révolte des êtres humains, et se protégeant des pensées qui dérangent et menacent leur autorité, les lois du marché.

 



 

6 – LES MESSAGES

ou

LES ENCOMBREMENTS DE L’ESPRIT



 

On pourrait très bien se dire qu’en haut lieu, toutes les initiatives doivent être prises pour qu'en bas le peuple ne soit plus fasciné que par les évolutions technologiques. La puissance des médias, qui nous entourent, instruments de crétinisation comme, la publicité, les télés-réalités, les feuilletons ou la série que l’on ne veut rater à tout prix, les jeux d’argent pour devenir plus riches que riches, les pièges qu’elles contiennent invitant à toujours plus de consommation,  et puis en témoigne, le regard continuellement hypnotisé et dirigé vers cet objet envoûtant, tout le temps, partout, à table, dans le petit salon, la cuisine, le jardin, dans celui du voisin, dans les chiottes, dans la rue en marchant, traversant les carrefours, au volant de la voiture pour ne pas manquer une affaire, l'appel d'un ami qui vient dire où il est, dans les transports, dans un concert, toujours en veille dans la poche, à la projection d'un film pour ne pas manquer de sentir contre sa cuisse cette sublime vibration orgasmique, priorité absolue, bien supérieure à ce qui se passe sur l'écran, totalement méprisante pour son auteur.

 

Ainsi regards de moins en moins portés sur le réel, vers ceux qui passent, que l’on croise, les autres, à qui l’on pourrait parler, assis en face de vous dans un tram, un bus, un train, sur un banc, qui finalement n’existent plus et deviennent invisibles.

 

Ce qui me fascine personnellement, encore une fois, sont les messages laissés par les plus grands auteurs, et ceux qui se mettent en valeur non par leur look, leur aspect physique en se tatouant le nombril ou en se transperçant le trou de nez d'épingles et d'anneaux et en suivant la dernière mode, mais par leur culture, leur niveau de réflexion, leur ouverture d'esprit, curieux de savoir ce que pensent et font les autres, attentifs à la qualité des échanges sur les sujets les plus divers et les plus passionnants.

 

 

Et encore,  les messages que nous ont laissés Shakespeare, le pouvoir absolu des seigneurs et rois qui n’hésitaient pas à éliminer leurs rivaux quand ceux-ci prétendaient être les héritiers de la couronne. Jack London, célèbre pour  ses deux œuvres les plus connues "l'Appel de la Forêt" et "Croc Blanc", mais surtout "Le talon de fer" (1908) où il décrit la tyrannie capitaliste fasciste aux états unis  et "le Peuple de l'Abîme" (1902), un témoignage bouleversant des conditions de vie qu'il a connues et décrites des quelques 500 000 londoniens pauvres de l'époque.  « Les Thibault » vaste suite romanesque de Roger Martin du Gard , indispensable, (Prix Nobel de littérature), cycle de 8 romans écrits de 1922 à 1940, où l’on apprend que Jean Jaurès faisait distribuer pas avion des tracts sur le front au début de la guerre de 14/18, pour inciter dans chaque camp, soldats allemands et français, à retourner dans leur foyer, avec cette révélation qui n’a pas plu :

 

 « l’ennemi n’est pas celui que vous avez en face de vous, il est derrière vous ».

 

Pour cela il a été assassiné. Les trois meilleurs films de guerre disent cette évidence ouvertement : "Les sentiers de la gloire" de Stanley Kubrick, "Les hommes contre" de Francesco Rosi et enfin le terrifiant "Johny s'en va t'en guerre" de Dalton Trumbo, ce dernier, communiste, ayant été victime du Maccartisme et obligé de signer ses scénarios sous un autre nom.

 

Pratiquement tous les autres films de guerre ne sont que des produits commerciaux spectaculaires principalement pour faire recette, avec parfois une certaine complaisance à jouer sur l'esthétique des combats :  "C'est beau la guerre". Sans commentaire !

 

John Huston, ce réalisateur hollywoodien mais pourtant l’un des plus grands pour avoir consacré son œuvre à la thématique de l’échec. N’est-ce pas extraordinaire de constater que venant du pays le plus acharné à vouloir conquérir le monde, gagner sur tous les plans, un individu puisse s’intéresser principalement à ceux qui échouent, sont écrasés,  perdent leur combat contre les injustices, l’égoïsme, la répression ? Ken Loach, actuellement le cinéaste le plus engagé contre le capitalisme sauvage, facteur de tous les maux de notre société. Vittorio de Sica, le plus grand du cinéma néoréaliste avec son "Voleur de Bicyclette". Eisenstein, le génie du cinéma soviétique avec son immense "Cuirassé Potemkine", classé par les cinéphiles comme l'un des plus beaux films de l'histoire, le récit d'une révolte victorieuse contre la tyrannie d'un Tsar au début du 20ème siècle.
 

Enfin je voudrais revenir sur, sans doute le plus grand de tous, qui est pour beaucoup de lecteurs dans le monde, monumental, Victor Hugo. L’emblème du romantisme le plus fou du 19ème siècle, cette période qui a été l’une des plus riches de l’histoire de la littérature, où est né et a explosé la force du sentiment, celui de la fraternité de la liberté et de l’amour. Avec Beethoven, "l’Ode à la joie"de sa 9ème symphonie, Hugo expose avec son immense talent et son génie poétique un enthousiasme débordant, ses états d’âme les plus passionnés. Après "Notre dame de Paris", "Les misérables", œuvres encensées dans le monde entier, il nous a offert son roman le plus hugolien, « L’homme qui rit ». C’est un souffle inouï, le cri de haine le plus démesuré d’un cœur contre l’appétit féroce des grands, rois, reines, dignitaires d’un état, lords, pairs du royaume … (le roman se situe en Angleterre autour de 1700).

 

 

C’est son indignation profonde devant le comportement exécrable de cette poignée de sinistres individus qui n’ont que mépris pour le peuple. C’est enfin, sa compassion sans égal pour les misérables, les exclus, les sans-grades, et leur meurs de faim.
 

Ce dernier livre que je viens de lire m’a bouleversé. Difficile de retenir des larmes. Mais pleurer, c'est aussi : décharger son lac intérieur, c'est le plaisir de l'âme. Comme j’ai pu pleurer à la mort de mon père, ma mère, de mon frère et de mon enfant adoré disparu trop tôt. Pleurer, c’est remonter dans l’état supérieur de la conscience, en suspension au-dessus du corps, comme si pendant quelques instants l’on voudrait communiquer avec celui qui vient de s’évaporer dans l’invisible.

 

"Un homme qui ne sait pas pleurer n'est pas un homme"

 Archie Fire Lame Deer, chaman amérindien.


 

Victor Hugo, c’est un hurlement qui s'est entendu jusqu'aux étoiles

dont l'écho ne reviendra plus

 


 

C’est ce dernier livre qui me fait dire : rien n’a changé mais est-ce une raison pour baisser les bras ?  Ma vénération est sans borne pour ce génie qui nous a dit aussi dans son poème "les châtiments" :

 

« Ceux qui vivent ce sont ceux qui luttent »



 

En 1968, dernier mouvement social le plus important de l’histoire de France du XX° siècle, révolte spontanée contre le capitalisme, le consumérisme, l’impérialisme américain, une porte s’ouvrait pour espérer un monde nouveau, humain et harmonieux.

 

Cette porte s’est refermée. Blindée, cadenassée, ne laissant rien passer.

 

Il y a encore un milliard d’humains qui ne mangent pas à leurs faims, ou qui ne savent jamais s’ils pourront se nourrir le lendemain. Les écarts entre les riches et les pauvres se creusent de jour en jour. Toujours cette intolérance via à vis des immigrés sans jamais s'interroger sur les raisons pour lesquelles ils veulent quitter leur pays natal où une vie normale est impossible. Toujours l'intolérance inacceptable de ces religions fanatiques qui assassinent. La fortune d'une petite poignée de riches suffirait à nourrir le monde entier. Ce n’est plus le principe démocratique de la république qui met ceux qui veulent tant parvenir au pouvoir, c’est l’argent, la loi du fric, toujours le fric, qui ne sera jamais remis en question par une intelligence artificielle, pour la simple raison que celle-ci ne saurait être produite que par ceux qui en ont les moyens financiers, dominent tout et non par ceux qui n’ont rien, démunis de tout. Bien au contraire, elle laissera sur le carreau, les misérables, les exclus, les sans-grades, et les meurs de faim.
 

Cette contradiction principale, évoquée plus haut, fruit d’une pensée philosophique profonde, essentielle et humaine sera, avec la prise du pouvoir par les robots, effacée définitivement de la mémoire du vivant.

 

Tels sont les stratégies des maîtres du monde, en finir une fois pour toutes avec tout ce qui peut constituer une menace pour eux, telle qu’une remise en question de leur autorité qui fait croire que ce sont eux les plus intelligents et le plus compétents à décider de ce qui est bon pour nous.
 

N’est-ce pas le rêve de toutes les dictatures, obtenir des citoyens une soumission totale, définitivement admise, comme dans ces romans qui l’ont déjà dénoncé, « Le meilleur des mondes » d’Aldous Huxley, où, dans une société future, tous les enfants sont conçus dans des éprouvettes et sont génétiquement conditionnés pour n'appartenir qu'à une seule catégorie sociale, de la plus intelligente à la plus stupide, « 1984 » de Georges Orwell, prémonitoire de la cybersurveillance qui de nos jours contrôle le moindre de nos gestes (Amazon), la façon de nous brosser les dents et de nous nourrir grâce aux brosses et fourchettes connectées et enfin « Farenheit 451 » de Ray Bradbury, selon lequel les livres seront interdits et brûlés : c'est ce message que nous a laissé ce dernier : comme prémonitoire de ce qui se passe aujourd'hui. Et enfin, la perspective de faire disparaître l'argent liquide, déjà appliquée en suède commence déjà à susciter de nombreuses réactions :

Extrait du site "Les projets des maîtres du monde"

 

 Toute lecture encombre les esprits. Elle fait le malheur des hommes, encourage à la réflexion, développe le sens de la pensée. C’est vraiment trop dangereux pour ceux qui gouvernent.
 

Voilà pourquoi l’intelligence artificielle, l’arme la plus redoutable, la plus efficace, qui plus est par la fascination qu’elle exerce sur les consciences, sera admise comme une nécessité incontournable pour l’avenir de l’humanité :

Ce qui est déjà en train de se faire

et c'est donc elle, l'humanité, qui aura consenti à se soumettre

à la pire des dictatures jamais égalée dans son histoire

Victor Hugo se retourne déjà dans sa tombe, ses messages d’amour, d’espoir et de liberté seront bientôt effacés, déjà oubliés pour beaucoup, et demain perdus pour toujours.

Il est temps maintenant de revenir auprès de mon chat.


 

Là, il dort. Il s'est mis tout en rond, à la manière de ces galaxies spirales dont les bras cherchent à s'envelopper pour ne former qu'une boule brillante dans le ciel.

Ses extrémités se sont rejointes, la tête bien enfoncée entre ses pattes de derrière et sa queue.

Dans ce domaine, il est bien supérieur à moi, impossible de faire comme lui.

 

Surtout ne pas le déranger.

Je dois seulement le contempler et ne sentir que les vibrations de son ronronnement, pareilles à celles que font les nébuleuses fabuleuses.

 

 

 

Ci-dessous quelques unes de mes sources qui ne m'ont pas encombré l'esprit

 

 

Lire un extrait

lcapitalisme

 

Fred vargas  

Un film que tout le monde devrait voir.

Un des regards les plus lucides et lumineux sur l'état de notre monde

Stéphane hessel

 

Indignez-vous ! est un essai de Stéphane Hessel publié en 2010. Cet opuscule, d'une trentaine de pages, qui défend l'idée selon laquelle l'indignation est le ferment de "l'esprit de résistance", est devenu un phénomène d'édition.

Dans cet essai, Stéphane Hessel appelle, en s'appuyant sur l'idée « sartrienne » d'engagement personnel, à ne pas accepter le creusement des inégalités de richesse, critique la politique d'immigration des gouvernements, regrette le poids du monde financier dans les choix politiques et dénonce l'affaiblissement de l'héritage social du Conseil national de la Résistance (sécurité sociale et régime de retraite). Sous le titre « Mon indignation à propos de la Palestine », un développement est consacré à la situation imposée par l'État d'Israël à la Palestine, et notamment à la Bande de Gaza.

Ce livre, clair er concis, s'adressait particulièrement aux jeunes et ceux pour qui la lecture n'est pas vraiment une priorité.

Autres sources

Une interview de Benjamin Locoge par Yuval Noah Harari

La stratégie du choc de Naomi Klein

Les médias

Un capitalisme de surveillance

Le marxisme

Index

1 - De l'animal à l'humain  2 - La pensée, ce qui la nourrit  3 - Philosophie, la théorie de la contradiction  4 - Le bon sens  5 -être ou ne pas être 6 - Les messages ou les encombrements de l'esprit

Mes sources

Liens sur cette page

Des films de science fiction - Les robots - Markus Gabriel -  Mao Zedong - Jeff Bezos -  Mark Elliot Zuckerberg - Warren Buffet - Dérives Virtuelles - Roger Martin du Gard

John Huston - Ken Loach - Les misérables (Un petit extrait des Misérables, un texte visionnaire et remarquable toujours d'actualité)   

Maîtres du monde - Le meilleur des mondes - 1984 - Farenheit 451 - Victor Hugo

L’intelligence artificielle est le plus grand danger qui nous guette (Benjamin Locoge)

Markus Gabriel : pourquoi l'intelligence humaine est inégalable ?

Sylvain Devaux : comment l'intelligence artificielle va vous priver de liberté !

Paul Watson : nous devons comprendre que certaines espèces sont plus importantes que nous

Vincent Lucchese : Rencontrer un animal sauvage, ça prend aux tripes, pas l'achat d'un nouvel iPhone

Les prophètes de l'effondrement (Article du monde Diplomatique, Août 2019)

Une bouteille à la mer (Article de P. d'Hennezel écrit en 2005)

L'homme total ou l'homme diminué (Un article de Fernand Comte, 14 août 2013)

La fin programmée de la démocratie :

Une page essentielle sur le site : "Les projets des maîtres du monde"

La disparition de l'argent liquide

 

ET POUR CONCLURE

 

Jean Ziegler : "Il faut détruire le capitalisme"

Eric Sadin : L'asservissement par l'intelligence artificielle

 

"C'est tout simplement remarquable, d'une intelligence exceptionnelle"

Enfin un monsieur humain qui ne se laisse pas dépasser par les tendances et les fourberies du libéralisme technologique.

 

 

 

 

 

Un peu d'humour

 

                                                  

 

 

 

 

 

CONCLUSION

Science sans conscience n'est que ruine de l'âme

Rabelais

 

 

" On a remplacé à tort l'idée d'âme par l'idée de logiciel "

"Il n'y a pas d'esprit dans la machine, il n'y a pas de compétition

 pour la survie puisqu'il n'y a pas de vie dans l'ordinateur"

Markus Gabriel

 

Il n'y a aucune intelligence dans l'intelligence artificielle

 

Au lieu de se donner des armes pour changer le monde et le rendre meilleur

l'humanité est plutôt encouragée, comme dans certains films récents de S.F.

à l'idée de déménager vers une autre planète,

 

Ne sommes nous pas assez nombreux pour écraser cette poignée d'individus

qui ont tous les pouvoirs, nous dominent et nous imposent leurs lois criminelles

principales responsables de notre extermination prochaine ?

 

En n'agissant pas dans ce sens, l'avenir de ces exilés qui auront honteusement délaissé

la planète terre sera donc exactement pareil à l'état lamentable dans lequel nous sommes arrivés

 

QUELLE absurdité !

 

MPhilippe d'Hennezel

 

Le bilan de mon film sur "les femmes en noir" serait une autre forme de conclusion.

Haut de page